Voyage d’enfer pour un pèlerinage

lundi 7 février 2005

L’ATMF s’insurge du sort qui a été réservé au milliers de Hadjs, résidants en France. Ces derniers ont été la proie de véritables escrocs se qualifiants d’agents de voyage.

Ayant payé le prix fort (entre 2500 et 3500 euros) leur billet de voyage, les pèlerins ont été pris en tenaille par les pratiques de ces escrocs et les compagnies d’avion sensés les rapatriés mais qui ne correspondaient pas aux exigences de sécurité des aéroports français.

Ceci est d’autant étonnant car ces avions peuvent atterrir sur les autres aéroports européens et non français

L’histoire d’EL Hadj Al Ayachi de la ville du Mans est éloquente

Arrivé à l’aéroport de Jeddah le vendredi 28 janvier à 17h, son groupe n’est reparti que le dimanche 30 janvier à 4h du matin, une fois dans le ciel d’Italie les contrôleurs français ont interdit le débarquement de l’avion, ce dernier était contraint de faire demi tour et a atterrit en Égypte, jusqu’a ce que la Belgique accepte de les recevoir sur son sol .

L’avion a enfin atterrit à 22h et les passagers ont été raccompagnés le lundi 31 janvier à 5h du matin par car à l’aéroport Charles de Gaules.

L’ATMF interpelle l’état français pour qu’il entame une enquête pour dévoiler les facilités offertes aux agences qui passent des contrats avec des compagnies et charters mais ne répondent pas aux exigences des normes de sécurité ou bien disparaissent dans la nature.

L’ATMF demande que les pèlerins soient indemnisés pour non respect

L’ATMF s’étonne que certaines organisations musulmanes tels que l’UOIF qui dans leur communiqué du 3 janvier dernier, soutenait implicitement les marchands de voyage sans dénoncer les conséquences de ces derniers.


Retour en haut Plan du site  |   Nous contacter   |   RSS   |   Retrouvez nous sur Facebook   |   ©ATMF 2003-2021