TUNISIE : Maître Abbou est en danger

Le pouvoir tunisien responsable !

mardi 4 avril 2006

Communiqué de presse

Les militants de l’ATMF (Association des Travailleurs Maghrébins de France) suivent avec la plus grande inquiétude l’évolution dramatique de l’affaire Mohamed Abbou.

Maître Abbou est incarcéré depuis plus d’un an dans la prison du Kef où il purge une peine de trois ans et demi, pour avoir publié sur Internet un article où il compare les prisons tunisiennes à celle d’Aboughrib. Il a entamé une grève de la faim le 11 mars dernier pour protester contre les mauvais traitements tant physiques que psychologiques dont il fait l’objet de la part de ses codétenus de droit commun ainsi que de la part des agents pénitentiaires.

Le 23 mars dernier, son épouse Samia Abbou n’a pas pu le voir quand elle s’est rendue à la prison le jour de la visite ; le motif invoqué était que Me Abbou était puni ! Madame Abbou s’était dit très inquiète. Son inquiétude s’est avérée juste lors de sa visite jeudi 30 mars : Me Abbou est arrivé très affaibli par sa grève, ne tenait pas debout et ne pouvait marcher qu’en prenant appui. Il a fini par s’évanouir à la fin d’une visite entrecoupée par les agents pénitentiaires qui voulaient l’empêcher de rendre compte des sévices dont il fait l’objet.

Madame Samia Abbou est quant à elle continuellement confrontée aux tracasseries de la police politique tunisienne.

Les nouvelles qui nous parviennent sur l’état de santé de maître Abbou ne sont guère rassurantes. Nous tenons les autorités tunisiennes pour responsables de toute atteinte à son intégrité physique ou morale et de toute dégradation que subirait sa santé.

Nous affirmons, notre soutien à la famille Abbou et à madame Samia Abbou, que nous avions accueillie, lors de l’audition organisée par l’ATMF de Strasbourg et le groupe de la Gauche unitaire au Parlement européen. Nous apportons notre soutien total aux démocrates tunisiens et aux organisations de défense des droits humains en Tunisie ainsi que notre solidarité avec les détenus politiques.

Nous exigeons du pouvoir tunisien la libération Me Abbou et de tous les détenus politiques tunisiens et l’arrêt définitif des pressions et des agressions à l’encontre des citoyens et de tous les militants pour les libertés et les droits humains en Tunisie.

Fait à Paris le 04 avril 2006

La présidente, Fouzia Maqsoud


Retour en haut Plan du site  |   Nous contacter   |   RSS   |   Retrouvez nous sur Facebook   |   ©ATMF 2003-2021