STOP A LA REPRESSION AU MAROC

Rassemblement en soutien à la population d’Ait BOUAYACH et IMZOURENE

14 Mars 2012, à 18h30, à la place de l’Opéra à Paris, devant le siège du Royal Air Maroc.

mardi 13 mars 2012

Suite à la répression féroce, qui se durcit à l’égard des forces de changement démocratique au Maroc, qui ne font que mettre en avant, dans une dynamique de contestation démocratique et pacifiste, leur aspiration, parfaitement légitime, à un cadre de vie meilleure, le pouvoir marocain a montré une fois de plus que la force et la violence injustifié et aveugle, est la solution qu’il est capable d’opposer et de proposer en tant qu’issue au marasme sociétal dans lequel s’embourbe le peuple marocain.

La gravité de la situation s’est manifesté le 1er mars 2012 à Nador, lorsque les forces du Makhzen, fidèles à leur approche sécuritaire d’un autre temps, sont intervenus pour déloger les militants de l’ANDCM (Association Nationale des Diplômés-Chômeurs au Maroc), et qui a causé une cinquantaine de blessés dans les rangs de ces derniers. L’expérience s’est reproduite à El Hoceima, le jour même, quand les militants de la même association ont occupé les locaux du Conseil Régional d’Investissement, ils en ont été expulsés avec toute la violence et tabassage que cela implique.

Le 04 mars 2012 la manifestation pacifique du Mouvement du 20 Février à Casablanca fut la cible de la répression makhzaniènne, a fait de nombreux blessés et a donné lieu à plusieurs arrestations.

Le 7 Mars, les diplômes-chômeurs sont violemment réprimés à Rabat.

Il faut rappeler, par l’occasion, que le 29 février 2012, la manifestation pacifique des salariés des collectivités locales fut réprimée avec une violence inouïe, et entrainé des cassures et des blessures dans le rang des manifestants.

Le mercredi 07 mars 2012 vers 1H du matin à Ait Bouayach, la police est intervenue pour démanteler un sit-in pacifique en face du Pachalik et le Bureau National d’Electricité, menée, depuis la veille, par la population de la ville contre la cherté de la vie, cela a entrainé des dégâts humains conséquents parmi les militants, le bilan fait état de blessés graves, des arrestations arbitraires notamment celle du président de l’ANDCM, coordination de Ait Bouayach, Saïd Ouzghari, et de Chakir Yahyaoui, membre du Mouvement 20 Février, des témoins font aussi état de vandalisassions des commerces dans la ville, ainsi que des propriété privées etc, Des centaines de personnes se sont réfugiés sur les hauteurs des montagnes environnantes, pour fuir la militarisation, l’encerclement de la région et la répression sauvage qu’a mené le Makhzen dans l’accomplissement de sa mission de « pacification » et sa tradition tyrannique dans cette localité et dans d’autres régions du Maroc ; En tout, un climat de terreur règne dans la localité d’Ait Bouayach, cela fait écho à la terrible répression des années 1957, 1958,1959. Dans la région même et par le même responsable, qui est le Makhzen et son représentant, le préfet de la police.

Le 11 mars 2012 des scènes d’affrontement entre la police et les manifestants, ont été observées à Imzouren, une localité avoisinante, lorsque la population de la ville a pris fait et cause contre la répression policière à Ait Bouayach.

Le Mouvement du 20 Février Paris Ile-de-France, ne saurait rester dans une position de spectateur, reste solidaire des victimes de la répression et dénonce avec ardeur, énergie et détermination, le recours systématique à la violence injustifiée, ainsi que la dérive sanguinaire menée par l’Etat marocain, et attire l’attention de l’opinion, nationale et internationale, contre la tournure que prennent les événements, et exige la levée immédiat du blocus, irresponsable, du Makhzen sur la volonté incompressible, que le peuple marocain peine à exprimer, par les moyens qui restent parfaitement dignes, pour un Maroc libre et juste.

Le Mouvement du 20 Février Paris Ile de France appelle à un rassemblement, en vue d’apporter un soutien indéfectible au peuple marocain en lutte, le 14 Mars 2012, à 18h30, à la place de l’Opéra à Paris, devant le siège du Royal Air Maroc.


Retour en haut Plan du site  |   Nous contacter   |   RSS   |   Retrouvez nous sur Facebook   |   ©ATMF 2003-2021