Omar Chlendi et Abdelghaffar Guiza en grève de la faim : Crainte pour leur santé

lundi 21 novembre 2005

Comité international de soutien aux internautes de Zarzis

Présidente : Hélène Flautre, Parlementaire européen Porte Parole : Térésa Chopin, mère d’Omar Chlendi

Nous apprenons que Omar Chlendi et Abdelghaffar Guiza, deux des « internautes de Zarzis » sont en grève de la faim pour protester contre leurs conditions d’incarcérations très pénibles.

Abdelghaffar Guiza a contracté la tuberculose suite aux mauvaises conditions de détention. Il avait déjà entamé au début du mois de février 2005 une grève de la faim en protestation contre le refus de l’administration pénitentiaire de le faire bénéficier de ses droits les plus élémentaires aux soins et à l’assistance médicale qu’il ne cessait de réclamer vu la grave détérioration de son état de santé allant jusqu’au vomissement de sang, et contre le harcèlement et la maltraitance acharnée - apparemment liée, selon le témoignage de l’un de ses avocats, à sa couleur de peau - de l’un des gardiens de la prison de Borj El Amri qui lui versait de l’eau dessus à chaque fois qu’il réclamait cette assistance. Début novembre, il a été admis au service de pneumologie de l’hôpital de l’Ariana sans qu’aucun membre de sa famille n’ait été informé, puis renvoyé en prison où il a entamé une grève de la faim .

Quant à Omar Chlendi, lui aussi en grève de la faim, il souffre du genoux suite à la torture dont il a fait l’objet et est également atteint de la gale. Il n’a bénéficié d’une visite médicale qu’au bout de deux ans de détention. Son père, Mohamed Chlendi affirme que l’état de santé de son fils n’a cessé de se détériorer et que lors de sa dernière visite à la prison, séparé par un grillage, il a remarqué que son fils était particulièrement chétif et pâle et qu’il n’a pas pu s’informer des raisons de l’état de son fils vu la présence d’un gardien qui suivait et interrompait leur discussion.

Le Comité international de soutien aux internautes de Zarzis (www.zarzis.org) s’associe à l’appel lancé par le comité national (CSIZ) et
- demande que Abdelghaffar Guiza et Omar Chlendi, ainsi que les quatre autres internautes, Hamza Mahroug, Ridha Bel Hajj Ibrahim, Omar Rached et Aymen Mcharek, reçoivent dans l’urgence les soins appropriés à leur état de santé
- demande qu’une enquête soit menée dans les plus brefs délais concernant le directeur et les gardiens de la prison de Borg El Amri responsables de la détérioration des états de santé de Abdelghaffar Guiza et de Omar Chlendi et qu’ils soient jugés en conséquence.
- appelle les organisations nationales et internationales à œuvrer en faveur de la libération de ces six internautes condamnés, sans preuve, au cours du même procès, le 6 juillet 2004, à 13 ans de prison, pour le seul « crime » d’avoir surfé sur internet.

Fait à Paris, le 21 novembre 2005

Pour le Comité Térésa Chopin, Porte parole Et mère d’Omar Chlendi


Retour en haut Plan du site  |   Nous contacter   |   RSS   |   Retrouvez nous sur Facebook   |   ©ATMF 2003-2021