NON A LA XENOPHOBIE

Communiqué

vendredi 27 mai 2011

Claude Guéant cette semaine a trouvé les responsables des problèmes de l’école : "les deux tiers des échecs scolaires, c’est l’échec d’enfants d’immigrés". Et il a confirmé, devant l’Assemblée nationale, hier mercredi 25 mai, ces propos tenus dimanche sur une radio.

Comme prof et ancienne prof d’un collège où il y a beaucoup "d’enfants d’immigrés" : je dis NON !!!

NON à la Xénophobie, à l’ignorance de la réalité, au mépris de l’élite pour les formidables efforts de l’énorme majorité de ces Français qu’il appelle "enfants d’immigrés"

NON à la haine du pseudo "nous" contre le pseudo "eux ».

NON à la quadruple peine de ces enfants :

• souvent d’un milieu social défavorisé (merci patron !) * ghettoïsés dans des établissements scolaires où les difficultés s’accumulent (merci les moyens misérables qu’on nous donne, merci les restrictions budgétaires de toutes sortes, merci les suppressions de postes, merci l’assouplissement de la carte scolaire, merci les politiques éducatives, de la ville, de rigueur .....)

• stigmatisés comme étant la cause des "problèmes" ... (merci les xénophobes, les décomplexés du racisme, merci à ceux qui disent avec un petit sourire suffisant : il faut bien voir en face les problèmes, non ?)

• rabaissés, chômeurs, .... quand ils décrochent leurs diplômes avec des efforts formidables.

Durant toutes ces années, j’ai eu souvent envie de leur dire, à ces enfants, merci et bravo pour ce que tu fais. Combien de fois ai-je pensé : "et moi, dans les mêmes circonstances, aurais-je été aussi sérieuse, aussi motivée, aussi tenace ? » Et j’aimerais dire à tous les "bien-pensants" de la soi-disant "France de souche" (aussi absurde qu’être « aryen » !!) : posez-vous aussi cette question...

Et pour ceux qui aiment les grandes phrases : j’ai eu souvent envie de dire à ces jeunes : merci pour la France !

Mais allons plus loin. Ne serait-ce pas la faute aussi aux enfants d’alcooliques, de chômeurs, de dépressifs, de divorcés, de ceux qui ont arrêté les études un peu tôt, de ceux qui ont eu des « accidents de la vie » ? Ne serait-ce pas la faute aussi à tous ces enfants de « Français d’en bas », immigrés de la 1re, 2e, 3e ou xème génération qui font des sacrifices souvent que vous n’imaginez pas M. Guéant pour que leurs enfants réussissent à l’école de la République ? Ne serait-ce pas la faute aussi à tous ces enfants de Français « normaux » qui n’ont pas des parents sortis de l’ENA ou de HEC et qui ne sont pas quelque part « l’exception qui confirme la règle » ?

Diable, cela va faire du monde à expulser, M. Guéant …..

Solidarité, fraternité : ce sont des mots républicains, M. Guéant. Allez donc à l’école de la République les réapprendre !

Florence Braud Membre du bureau national de l’ATMF.


Retour en haut Plan du site  |   Nous contacter   |   RSS   |   Retrouvez nous sur Facebook   |   ©ATMF 2003-2021