NON A LA CHASSE DES MIGRANTS AFRICAINS AU MAROC

lundi 19 avril 2004

L’ATMF vient de prendre connaissance du rapport de l’AFVIC et de la plate forme Migrants du Maroc sur les attaques répétées des camps africains au Maroc. Le 26 février 2004, deux africains ont été tués par les forces auxiliaires marocaines.

Vu la chasse des africains en ville, ces derniers dressent des camps de fortune dans les forêts, à proximité des villes frontalières avec l’Espagne.

Le 9 avril 2004, le camp de Gourougou, à côté de Melilia, a été attaqué par les gendarmes et les forces auxiliaires. Le bilan est de huit blessés, dont au moins un gravement, cent seize subsahariens arrêtés, la destruction totale du camp, de la nourriture, et des affaires personnelles. Cinq cent personnes se sont retrouvées sans abri, errant dans la forêt.

L’ATMF condamne fermement : D’un côté, les autorités marocaines qui ne cessent d’agresser les migrants africains.

Et d’un autre, la politique des états européens qui :
- restreignent les budgets d’accueil et d’intégration des migrants extra communautaires
- votent des budgets considérables pour la fermeture des frontières et le soutien notamment financier des pays comme le Maroc dans la répression et le traitement inhumain des migrants en transit vers l’Europe.

L’ATMF exige des autorités marocaines
- la libération IMMEDIATE des africains arrêtés.
- La mise en place d’une politique d’accueil avec les infrastructures nécessaires et leur demande de cesser de s’ériger en gendarme de l’Europe.

Paris, Le 16 avril 2004


Retour en haut Plan du site  |   Nous contacter   |   RSS   |   Retrouvez nous sur Facebook   |   ©ATMF 2003-2021