Le Maroc déporte les migrants subsahariens dans le désert

vendredi 7 octobre 2005

vendredi 7 octobre 2005, 18h45

MELILLA, Espagne (AP) - Médecins sans frontières (MSF) a accusé vendredi le Maroc d’avoir abandonné dans le désert au moins 400 Africains capturés près de l’enclave espagnole de Melilla, sur la côte nord du royaume chérifien, dont l’Espagne a commencé jeudi soir à expulser des clandestins vers Tanger sur la promesse de Rabat de bien les traiter.

Menottés, 73 Maliens ont été embarqués dans un avion à destination d’Algésiras avant de partir en ferry pour Tanger, selon un policier d’Algésiras. Aucune autre expulsion n’était prévue pour vendredi.

Les autorités espagnoles ont décidé mercredi de renvoyer au Maroc des candidats à l’immigration en Europe à la suite des assauts groupés de ces dernières semaines sur l’enclave, qui ont permis à quelques centaines de personnes de passer mais ont coûté plusieurs vies depuis août. Plus de 1.600 clandestins sont hébergés dans un centre à Melilla.

Le Maroc a promis de fournir un toit, des soins médicaux et un traitement humain aux migrants renvoyés, selon l’agence de presse officielle MAP, qui cite le ministère de l’Intérieur. Le ministre, Khaled Zerouali, cité par la MAP, a déclaré que la déportation des 73 Maliens s’était "déroulée dans de très bonnes conditions" mais a souhaité une amélioration de l’"appui technique et financier des partenaires" du Maroc. L’accueil, l’hébergement et l’assistance médicale se sont faits dans un total respect de la dignité de ces personnes".

Mais à Madrid, un membre de MSF, Carlos Ugarte, a affirmé qu’au moins 400 Africain capturés par l’armée marocaine dans les forêts proches de Melilla avaient été abandonnés "au milieu du désert" près de la frontière algérienne sans aide, eau ni vivres. Le groupe comprendrait notamment une femme enceinte et des enfants. M. Ugarte a ajouté que MSF tentait d’évacuer trois de ces personnes, grièvement blessées. Rabat n’a pas réagi dans l’immédiat.

Des centaines de candidats à l’immigration, principalement originaires des pays les plus pauvres d’Afrique sub-saharienne, se cachent parfois pendant des années dans les environs de l’enclave de Melilla, affrontant la faim et les policiers, prêts à risquer leur vie pour entrer dans l’Union européenne alors qu’ils n’ont quasiment aucune chance d’obtenir d’autorisation ni de séjour ni de travail.

Six hommes sont morts jeudi lors de l’assaut lancé par 400 personnes pour s’infiltrer à Melilla, protégée par de hautes clôtures et un important dispositif des forces de l’ordre renforcé ces dernières semaines. Selon un responsable gouvernemental à Rabat, la police marocaine a tué plusieurs clandestins qui s’attaquaient aux postes de garde, tandis que d’autres ont péri dans la bousculade. Cinq autres personnes ont été tuées lors d’une tentative d’infiltration de quelque 600 Africains dans l’enclave espagnole de Ceuta la semaine dernière. AP


Retour en haut Plan du site  |   Nous contacter   |   RSS   |   Retrouvez nous sur Facebook   |   ©ATMF 2003-2021