Intervention de l’ATMF au rassemblement en hommage à Brahim Bouarram

vendredi 2 mai 2008

Cela fait déjà 13 ans que Brahim Bouarram a été précipité dans la Seine par des mains criminelles, qui ont mis fin à sa vie. Il avait seulement 29 ans.

Le racisme a tué Brahim Bouarram mais il a aussi fait de nombreuses victimes depuis ce 1er mai 1995.

Certaines des thèses colportées par le FN et ses apôtres ont fait des progrès notoires sur le chemin de la banalisation.

Elles se déclinent aujourd’hui sous des formes différentes, traduisent une préférence communautaire, immigration blanche, chrétienne, versus immigration noire, arabo-musulmanne.

L’immigration et les immigrés en France connaissent une ère pénible. Les lois anti-immigrés se sont succédées battant des records. Aux lois sarkozy, celles d’Hortefeux sont venues en renfort, réduisant d’avantage les droits des immigrés, ne jurant que par la politique du chiffre, qui prévoit 26000 expulsions pour l’année 2008

La politique du chiffre tue nous ne l’avons que trop vu. Baba Traoré avait 29 ans tout comme Brahim Bouarram, il est mort après s’être jeté dans la Marne. Brahim Bouarram a été jeté par des hordes sorties du cortège du FN, Baba Traoré tentait d’échapper à un contrôle de police, car il se savait menacé par la politique du chiffre.

Yvan, enfant de parents russo-tchétchène déboutés d’asile, 13 ans à peine, il a tenté de fuir par le balcon, il est resté longtemps entre la vie et la mort.

Madame Chulan Zhang Liu, morte après s’être défenestrée pour éviter la police en septembre dernier.

John Maïna jeune kényan de 19 ans, il s’est pendu après le rejet définitif de sa demande s’asile.

La politique du chiffre est portée par son cortège d’atteintes à la dignité des étrangers, chasse aux sans papiers, enfermements, expulsions. Notre quotidien de militantes, de militants et de soutiens regorge d’anecdotes amères de ces malheureux évènements. De nombreuses familles sont déchirées, des enfants privés de leurs pères ou mère expulsés, des hommes, des femmes, parfois à peine majeurs renvoyés dans des pays qu’ils ne connaissent presque plus, où leurs attaches sont quasi inexistantes.

La solidarité est criminalisée : poursuite des opposants aux expulsions, punition qui s’abattent sur tous les contestataires, quelle que soit leur nationalité

La présidente de l’Association mauritanienne des droit de l’homme en a fait les frais elle a réagi aux cris d’un mauritanien en expulsion dans l’avion qu’elle avait pris, ce qui lui a valu 24 h de garde à vue à Roissy, où elle était simplement en transit pour rentrer en Mauritanie.

Monsieur Philippe Chouard 74 a été placé en garde à vue alors qu’il distribuait des tracts d’appel à la manifestation de l’UCIJ du 5 avril dernier.

Les lois anti immigrés assignent les immigrés âgés à résidence, les privent d’une libre circulation qui a actuellement le prix de droits élémentaires dont ils peuvent être privés. Certains à un âge très avancé sont contraints de rester seuls dans les quelques mètres carrés de leurs chambres au foyer, loin de leurs familles restées au pays.

Lors de sa dernière intervention télévisée le président la république a confondu à deux reprises séjour et accès à la nationalité, nous savons tous à qui il s’adressait.

Il a reproché aux patrons d’embaucher des sans papiers alors que 22% des immigrés légaux sont au chômage. Stigmatisation de populations immigrées, monsieur le président occulte sciemment les facteurs discriminatoires et les handicaps cumulés par ces populations. Il n’a pas non plus proposé d’embaucher parmi les populations non immigrées qui se trouvent au Chômage.

Seulement, les politiques françaises en matière d’immigration sont aussi d’inspiration européenne, la directive de la honte qui sera bientôt soumise au parlement européen prévoit une rétention pouvant atteindre 18 mois et compte instaurer une interdiction des territoires européens de 5ans pour toute personne renvoyée. Un projet qui tente encore une fois de criminaliser les sans papiers !

Les politiques européennes en matière d’immigration font aussi des dégât de l’autre côté de la méditerranée parmi les migrants et les demandeurs d’asile, la surveillance des frontières africaines de l’Europe est confiée à des régimes comme celui de Kadhafi à qui la France à offert une légitimité politique.

Nous nous ne faisons guère d’illusion, sur les portées néfastes de toutes ces politiques. Mais...

Nous savons aussi que la lutte ne fléchit pas, les résistances dans les Centres de Rétention Administrative, grèves de la faim, refus regagner les chambres, et la visite guidée aux médias pour faire croire que tout va pour le bien dans le meilleur des monde. Ils n’ont pas réussi à étouffer les voix des retenus !

Lutte des sans papiers et de sans papières pour leurs régularisation ; travailleuses travailleurs, membres de collectifs, anonymes...ils se mettent en grève, manifestent, Ils marchent aussi de Lille à Paris pour réclamer leurs régularisations.

Face aux différentes atteintes, la lutte s’organise. Soyons nombreux pour épauler ces combats justes, oeuvrons ensemble et plus que jamais pour la régularisation de toutes et de tous les sans papiers.

Un rendez- vous est déjà pris pour les prochains jours, le 10 mai soyons nombreux pour accueillir la marche des sans papiers à la place de Clichy, soyons à la hauteur de leur courage et de leur détermination.

N’oublions pas, pour toutes et celles qui le peuvent, d’aller manifester le 7 à Bruxelles contre la directive de la honte.

Bonnes luttes.


Retour en haut Plan du site  |   Nous contacter   |   RSS   |   Retrouvez nous sur Facebook   |   ©ATMF 2003-2021