Halte à l’harcèlement et à l’embargo contre les migrants africains au Maroc

jeudi 24 février 2005

L’ATMF a appris par l’AFVIC que plus d’un millier de migrants africains sont soumis à un encerclement depuis le 7 février par les autorités marocaines dans la forêt de Belyounech (aux environs de Tétouan). Les ONG ne peuvent pas leur ramener de nourriture, vu que toutes les issues sont surveillées par les forces de l’ordre.

C’est un véritable embargo qui ne laisse comme choix aux migrants que de se rendre pour être expulsés.

L’ATMF lance un appel au roi du Maroc , actuellement en tournée dans les pays africains (Gabon, Sénégal, Burkina), pour qu’il fasse preuve de cohérence dans sa relation avec les peuples africains. Une réelle coopération SUD-SUD passe nécessairement par un traitement humain des migrants subsahariens au Maroc.

L’ATMF appelle l’opinion publique marocaine à manifester sa solidarité effective avec les réfugiés de Belyounech et à dénoncer la dichotomie des autorités marocaines en matière de traitement des immigrés marocains à l’étranger et des migrants africains au Maroc.

L’ATMF souligne la responsabilité des autorités européennes qui sont les véritables donneurs d’ordre à des pays comme le Maroc qui agissent comme des sous traitants en réprimant et en attentant aux droits des migrants africains

Paris le 22 Février 2005


Retour en haut Plan du site  |   Nous contacter   |   RSS   |   Retrouvez nous sur Facebook   |   ©ATMF 2003-2021