Des refoulés maliens de Ceuta et de Melilla témoignent

dimanche 23 octobre 2005

La force des vaincus Des refoulés maliens de Ceuta et de Melilla témoignent

Bamako (Mali)

Octobre 2005

De nombreux rescapés maliens du drame de Ceuta et de Melilla sont de l’ethnie bamanan. Dans leur langue, le même mot - taama- désigne le voyage et la marche.

« La marche de la dignité » que le Forum pour l’Autre Mali (FORAM) et le Réseau des Artistes et Intellectuels Africains ont initiée, est donc un voyage en signe de solidarité avec tous les survivants de Ceuta et de Melilla dont la dignité a été bafouée ainsi qu’un hommage à tous ceux qui ont payé de leurs vies leur quête d’Europe. Elle a démarré à Bamako, au Mali, du 18 au 20 octobre 2005, au Centre Amadou Hampaté BA (CAHBA), par l’écoute de quelques deux cents refoulés et se poursuivra du 22 au 31 octobre 2005, en France, en Belgique, en Espagne et en Italie.

Nous nous devions de rencontrer les survivants de Ceuta et de Melilla, de les entendre pour mieux porter leur parole auprès de ceux et celles qui ont besoin d’en savoir davantage sur l’inadmissible : la chasse aux Noirs d’Afrique aux portes de l’Europe et à travers le désert, en ce XXIème siècle.

« Nous n’avons rien fait de mal aux Marocains ni aux Espagnols » dit Makan Sidibé « Nous voulions juste passer », a-t-il ajouté.

Les témoignages consignés dans ce document ne sauraient rendre compte de tous les préjudices qu’ils ont subis en même temps que leurs frères d’infortune du Sénégal, de la Côte d’Ivoire, du Nigeria, du Ghana, du Cameroun... Ce qu’ils nous livrent ici, constituent certes, un cri de détresse mais aussi et surtout un défi à l’Europe -la riche, la puissante- qui exige l’ouverture totale des économies africaines au commerce mondial, dont elle est l’une des principales gagnantes, pendant qu’elle se barricade.

En tant que tel, ce document devra contribuer au débat de fond que nous appelons de tous nos vœux, en initiant cette marche.

Rien ne nous autorise à penser que les prochaines rencontres des dirigeants européens entre eux ou avec ceux d’Afrique traiteront de la nature du rouleau du compresseur qui broie les Africains, les condamne au chômage, à la guerre et à l’exil. Les victimes de la répression de Ceuta et de Melilla ont d’abord souffert de la violation de leurs droits économiques et politiques dans leurs propres pays et pas seulement du fait de la corruption de leurs dirigeants. Les causes de leur exil qui sont internes et externes ne sauraient être réduites à la pauvreté et l’extrême pauvreté dont l’issue serait la « bonne gouvernance ». Le fait est que l’Europe, qui ne veut pas subir l’émigration, fait subir aux peuples d’Afrique les conséquences de ses choix économiques, exacerbe les inégalités et les injustices internes, criminalise et humilie les composantes les plus vulnérables du néolibéralisme sur le continent.

Les refoulés de Ceuta et de Melilla ont les mêmes aspirations que les jeunes européens à l’emploi et devraient avoir les mêmes droits qu’eux si l’Europe se souciait davantage des conséquences des réformes structurelles qu’elle exige de nos Etats. Comme l’attestent leurs témoignages, la majorité des refoulés maliens sont des jeunes ruraux, qui savent à peine lire et écrire. « Personne ne veut de nous » soutient l’un d’entre eux en ayant le sentiment, comme le Maire de Oujda, qu’ils sont les rebuts que l’Europe invite le Maroc à gérer. Ils n’ont droit ni au visa ni au voyage par avion à plus forte raison un emploi décent en Europe.

Hier comme aujourd’hui, qu’il s’agisse de la traite négrière ou de l’esclavage des temps présents, le système capitaliste fait le tri, prélève ceux qui répondent à ses besoins.

Aussi, l’’immigration « choisie » consiste-t-elle à entrebâiller les portes de l’Europe afin qu’y entrent les médecins, les infirmiers, les informaticiens... dont elle a besoin en laissant aux Etats africains le soin de gérer la grogne sociale et de contenir les mécontents et les désespérés, du fait des salaires de misère et du chômage.

Aux pays du Maghreb, qui sont confrontés à ces mêmes réalités, la même Europe demande de surveiller et de protéger ses frontières face aux assauts des Noirs d’Afrique qui, apparemment, la terrorisent. Les uns sont donc invités à se fourvoyer avec l’Accord de Cotonou, les autres à travers le processus de Barcelone, pourvu que les affaires de l’Europe de la finance et du commerce prospèrent.

En forçant les barbelés de Ceuta et de Melilla, les victimes africaines du capital prédateur voulaient tout simplement se libérer de la prison dans laquelle le FMI, le G8 et l’Europe les enferment au nom d’une ouverture qui n’est que leurre et qui fait de leurs dirigeants de simples exécutants et des geôliers plus ou moins consentants.

L’issue à la déshumanisation du monde qui a atteint son comble en Afrique, du fait du dogme néolibéral, n’est pas dans le colmatage de brèches que les dirigeants européens tenteront de faire admettre à ceux d’Afrique, du haut des sommets qu’ils envisagent. Elle est dans un projet européen honnête et responsable qui tient compte de notre histoire commune, hier comme aujourd’hui, et qui ne détruit pas nos économies et nos efforts de démocratisation en vue de relever, en son propre sein, le défi de la croissance et de la compétitivité.

L’intensification des flux migratoires n’est, en somme, ni un hasard, ni la faute d’une Afrique noire, pauvre et corrompue mais l’une des conséquences tragiques de la violence de l’ordre économique dominant. Une autre Afrique libre, fière et prospère dont les ressortissants vont et viennent, sur son sol, aussi librement que les Européens le font sur le leur.


Retour en haut Plan du site  |   Nous contacter   |   RSS   |   Retrouvez nous sur Facebook   |   ©ATMF 2003-2021