Colloque Farhat Hached 1952 – 2012 - 60 Ans

A QUAND LA VERITE SUR LES CRIMES COLONIAUX ?

vendredi 4 janvier 2013

Il y a 60 ans, le 5 décembre 1952, Fahrat Hached, fondateur en 1946 et depuis secrétaire général de l’Union générale des travailleurs tunisiens en même temps que l’un des principaux leaders alors du mouvement national tunisien, a été assassiné à Tunis. Ce crime a été commis, sous le couvert d’une organisation terroriste baptisée « la Main rouge », par une branche du service français du SDECE qui, depuis sa création en janvier 1946, dépendait directement du président du Conseil, celui-ci étant alors Antoine Pinay. Il est temps que, 60 ans plus tard, la responsabilité de ce crime, qui a provoqué une immense émotion en Tunisie a pesé lourdement sur l’avenir de ce pays, soit enfin reconnue.

Après avoir rappelé les faits, le colloque interpellera les autorités françaises sur le rôle du gouvernement de l’époque et demandera l’ouverture de toutes les archives relatives à ce crime. Il soulèvera aussi les questions posées par les déclarations, en décembre 2009, à la chaîne de télévision Al Jazira d’un citoyen français qui a revendiqué avoir appartenu de cette organisation, déclaré « si c’était à refaire, je referais » et estimé l’assassinat de Farhat Hached « légitime ». Un point sera fait sur la plainte déposée contre lui, pour apologie de crimes de guerre, en mars 2010 par les membres de la famille Hached, la LDH et la FIDH.

Par la suite, le même service du SDECE, avec l’aval d’autres chefs du gouvernement, a continué à assassiner des personnalités engagées dans le combat anticolonial. Le 21 mai 1959, l’un des avocats qui défendait les indépendantistes algériens, Me Amokrane Ould Aoudia, du barreau de Paris, a été assassiné dans le IIe arrondissement, rue Saint-Marc, en sortant de son cabinet, par des agents du Service action du SDECE, avec l’aval du Premier ministre Michel Debré.

Le 29 octobre 1965, des policiers français dépendant du SDECE ont prêté la main à l’enlèvement en plein Paris, boulevard Saint-Germain, de l’homme politique marocain et leader tiers-mondiste Mehdi Ben Barka, qui a été suivi de sa disparition ; jusqu’à ce jour, les Etats français et marocains n’ont pas reconnu leurs responsabilités dans son assassinat.

Le 4 mai 1978,Henri Curiel, qui avait animé un réseau français de soutien à la lutte d’indépendance algérienne puis soutenu l’action de Ben Barka, a été assassiné à Paris, dans le Ve arrondissement, par des hommes du Service action du SDECE.

Après l’affaire Ben Barka, De Gaulle avait rattaché le SDECE au ministère desArmées et soumis les homicides de son Service action à l’aval du Président de la République ; le président était alors Valéry Giscard d’Estaing. Il est temps que la vérité soit dite sur ces meurtres.

I N V I T A T I O N

Association Vérité et Justice pour Farhat Hached

Colloque Farhat Hached 1952 – 2012 - 60 Ans

A QUAND LA VERITE SUR LES CRIMES COLONIAUX ?

F. HACHED – Me A. OULD AOUDIA - M. BEN BARKA – H. CURIEL….

Samedi 12 Janvier 2013 de 9H à 17h

L’ASSEMBLEE NATIONALE - Salle COLBERT

126, rue de l’Université – 75007

Métro – Assemblée Nationale – Ligne 12

A l’Invitation de :

- Mme la Députée Marie Georges Buffet
- Mr le Député Noel Mamère
- Mr le Député Pouria Amirshahi
- Préside par M. Houcine Abassi Secrétaire Général de l’ UGTT

En présence de plusieurs personnalités :

- Mr Adel Fkih - Ambassadeur de Tunisie à Paris
- Mr Khémaies Chammari – Ambassadeur de Tunisie à l’UNESCO
- Mme Souhayr Belhassen - Présidente de la FIDH
- Mr Kamel Jendoubi - Président de l’ ISIE

En association avec : l’Institut Mehdi Ben Barka - Sortir du Colonialisme

Avec le Soutien des syndicats français :

CFDT – CGT – FSU – Union Syndicale Solidaires – UNSA - Force Ouvrière

Ainsi que les associations :

CTDL – FTCR – ATF – ADTF – UTIT – CRLDHT – AIDDA – Collectif 3 C – MCTF – REMCC – LDH – MRAP – ATTAC – ATMF – AMF – ASDHOM - le Manifeste des Libertés – ACDA – Cédétim – l’ACORT ….

PROGRAMME DE LA JOURNEE

MATINEE

9h : Accueil des participants

9h30 : Intervention de bienvenue d’un élu de l’ Assemblée nationale

9h35 : Ouverture du colloque par Houcine Abassi - Secrétaire général de l’ UGTT

9H45 : Recherche et travaux sur Farhat Hached, état des lieux, par Abdelwahad Mokni - historien, Tunisie

10h05 : Hached dans la « mémoire tunisienne » par Hichem bdessamad - historien, AVJ-FH

10h25 : Témoignage sur F. Hached par Nourreddine Hached

10h35 : Les répercussions de l’assassinat de Hached sur le mouvement national marocain par Najib Taki - historien, Maroc

10h55 : Pause café

11h10 : Projection d’un extrait du film d’al Jazira de 2009

11h20 : Le point sur la plainte déposée contre Antoine Melero, par Me Houcine Bardi, AVJ-FH avocat au barreau de Paris et Conseil de la famille Hached

11h40 : Débat

APRES-MIDI

14h : Trois cas emblématiques des responsabilités des services français dans les assassinats de militants anticoloniaux, introduction par Gilles Manceron, historien - LDH

14h10 : l’assassinat de Me Amokrane Ould-Aoudia, par Jean-Philippe Ould-Aoudia

14h30 : L’enlèvement de Mehdi Ben Barka, par Béchir Ben Barka

14h50 : L’assassinat de Henri Curiel à Paris en 1978, par Sylvie Braibant - Journaliste

15h20 : Connaître et reconnaître les responsabilités politiques françaises dans les crimes coloniaux, par Réné Gallissot, professeur émérite à Paris VIII

15h40 : Réflexions sur les démarches juridiques relatives aux crimes Coloniaux, par Michel Tubiana - président du Réseau euro-méditerranéen des droits de l’Homme

16h : Débat

16h50 : Conclusion, Hédi Jilani - président de AVJ-FH

17h : Fin des travaux.

Pour s’inscrire : vj.fhached@gmail.com

Attention : Pièce d’identité obligatoire pour entrer à l’Assemblée

Contact  :

— Nacer Jelloul : 06 43 00 67 15 — Abderrazek Bouazizi : 06 51 75 69 69 — Mrad Gadhoumi : 06 84 47 86 07


Retour en haut Plan du site  |   Nous contacter   |   RSS   |   Retrouvez nous sur Facebook   |   ©ATMF 2003-2021