Cellule de suivi Belyounech : Cellule crée par l’Afvic pour informer au quotidien sur la situation à BELYOUNECH suite à l’embargo mené par les forces d’ordre.

mercredi 23 février 2005

Témoignage du chairman Congolais contacté par téléphone aujourd’hui le 23 février 2005 à 16H30 GMT

" Cela fait plus de 10 Jours que nous sommes encerclés par les militaires. Nous sommes des réfugiés congolais, nous vivons dans cette forêt depuis notre arrivée au Maroc, nous avons survécu à un hiver difficile où nous avons passé des nuits à moins de 7 degrés sans couverture ni toit. Il y a des enfants et des femmes parmi nous. Nous avions l’habitude de sortir en ville pour chercher de la nourriture ou pour mendier, et nous cherchions de l’eau d’une source à 1 Km du camp. Aujourd’hui les militaires nous encerclent, nous ne sommes pas des animaux, nous sommes des êtres humains avec des sentiments, des familles et des aspirations. Nous sommes des réfugiés et si nous avons fuit le Congo, c’est parce qu’il y a la guerre. ..........

........Aujourd’hui même nous avons envoyé deux de nos camarades pour nous chercher de la nourriture ils ne sont pas revenus. Hier c’était pareil ! !.......

......Aidez-nous, nous avons besoin de votre appui. C’est un drame humanitaire. Nous refouler à Oujda ne veut pas dire trouver une solution à notre cas. Nous préférons mourir encercler que de nous rendre. On nous applique une stratégie de guerre alors que nous sommes des civiles sans armes, sans force. Enfin penser que nous sommes des êtres humains, peut être ! ! je commence à m’en douter "

La situation sécuritaire reste la même. Toutes les issus aux camp restent bloquées. L’association des Travailleurs maghrebin en France à rendu public un Communiqué dans lequel elle denonce cet état de fait et demande une intervention du Roi, en tournée actuellement dans des pays africains , d’intervenir pour arreter ce drame humanitaire.

Afvic à mis en place une cellule de suivi pour réagir et informer les Ongs et le grand public de la situation sur le terrain et sollicile la mobilisation de la société civile pour mettre terme à cet embargo contaraire aux principes fondamentaux des droits de l’Homme.

Pour Réagir contre l’embargo prière d’envoyer un Fax à Monsieur le Wali de Tétouan :

++212 39 995 920

Avec une copie à La cellule de suivi Afvic : ++212 23 491 287

afvic@hotmail.com

AFVIC/PFM


Retour en haut Plan du site  |   Nous contacter   |   RSS   |   Retrouvez nous sur Facebook   |   ©ATMF 2003-2021