CRIME de GUERRE et TERRORISME d’ETAT

Mardi 18 mai 2004

mercredi 19 mai 2004

Israël est coupable de crimes de guerre pour avoir détruit des milliers d’habitations palestiniennes en Cisjordanie et dans le bande de Gaza, selon un rapport d’Amnesty International publié mardi.

La publication du document coïncide avec une opération de l’Etat hébreu dans le camp de réfugiés de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, où l’armée d’occupation a décidé d’élargir la zone-tampon le long de la frontière égyptienne, en rasant des centaines de maisons.

Selon Amnesty International, Israël a détruit plus de 3.000 maisons palestiniennes depuis la reprise des violences, il y a trois ans, pour la plupart dans la bande de Gaza. Les troupes d’occupation ont par ailleurs rasé 10% des terres cultivables de Gaza, et 226.000 arbres ont été déracinés en 2002 et en 2003, selon le groupe de défense des droits de l’homme.

Selon son rapport, la démolition et la destruction de ces habitations représentent "de graves atteintes à la quatrième convention de Genève et sont des crimes de guerre".

"Dans la grande majorité des cas, il s’agit de destructions gratuites", explique Donatella Rovera, membre du programme du Proche-Orient d’Amnesty International et co-rédactrice du rapport. "C’est inutile, disproportionné, injustifié et intentionnel", précise-t-elle.

Le rapport accuse également Israël de punitions collectives, détruisant les maisons et les propriétés de Palestiniens qui ne sont pas impliqués -et l’Etat hébreu l’admet lui-même- dans des attaques anti-israéliennes.

La technique israélienne visant à détruire les habitations de kamikazes ou de résistants est une des formes de punition critiquées par Amnesty International, qui dénombre 600 exemples de cette pratique depuis septembre 2000.

Amnesty International demande également à Caterpillar, la société américaine qui fournit à l’armée d’occupation ses bulldozers utilisés dans les démolitions, "de garantir que ses bulldozers ne sont pas utilisés pour commettre des atteintes aux droits de l’homme".

Les pays arabes demandent une réunion du Conseil de sécurité

Les pays arabes ont demandé lundi la tenue immédiate d’une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies consacrée à la destruction par Israël d’habitations palestiniennes dans le camp de réfugiés de Rafah, dans la bande de Gaza.

Tôt mardi matin, des bulldozers israéliens ont commencé à raser des terres près de l’immense camp sur la frontière entre Gaza et l’Egypte et des tirs de missiles ont fait trois morts.

L’ambassadeur du Yémen, Abdullah Alsaidi, qui préside actuellement le groupe des pays arabes, a envoyé lundi un courrier à l’ambassadeur du Pakistan, Munir Akram, actuel président du Conseil de sécurité, demandant aux membres du conseil de prendre "les mesures nécessaires" contre Israël pour violation des lois internationales.

Le conseil a prévu des consultations mardi après-midi pour débattre de la requête.

Le secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, a de nouveau fait part de sa détresse de voir l’Etat hébreu continuer à détruire des habitations malgré ses appels répétés à ne pas le faire.

"Cela crée vraiment une situation difficile et pénible pour le peuple de Palestine", a-t-il déclaré. "J’en appelle au gouvernement israélien pour qu’il arrête ces destructions, qui violent les lois humanitaires internationales", a-t-il précisé.

Selon le porte-parole des Nations unies Fred Eckhard, de récents rapports onusiens montrent que 2.197 Palestiniens ont perdu leur maison au cours de la première quinzaine du mois de mai. D’autres rapports prévoit une nouvelle série de démolitions dans à Gaza, selon lui.

Israël veut élargir la zone-tampon le long de la frontière égyptienne, en rasant des centaines de maisons. La semaine dernière, une centaine d’habitations ont été détruites dans le camp de Rafah, et des responsables israéliens ont annoncés que plusieurs centaines de maisons pourraient l’être prochainement.

Au total, plus de 11.000 Palestiniens -sur une population de 90.000 personnes- ont perdu leur maison suite à des démolitions israéliennes depuis la reprise des violences en 2000. NATIONS UNIES (AP)

Raids israéliens dans le camp de Rafah, douze Palestiniens tués

Les forces d’occupation ont tué douze Palestiniens au moins dans la nuit de lundi à mardi, dans le camp de réfugiés de Rafah, au cours de raids qui ont, semble-t-il, donné le coup d’envoi d’une vaste opération..

Des hélicoptères ont d’abord ouvert le feu sur un groupe de résistants à couvert derrière un mur, causant la mort de trois d’entre eux.

Peu après l’aube, les appareils ont à nouveau tiré plusieurs missiles sur ce camp du sud de la bande de Gaza, tuant quatre personnes alors que les forces au sol prenaient position dans le quartier Tel al Sultan, en bordure du camp.

De sources palestiniennes, on indique que les quatre victimes s’étaient rassemblées près d’une mosquée avant la prière du matin.. Des responsables médicaux ont d’abord fait état de cinq morts avant de ramener le bilan à quatre tués. On ignore leur identité, mais tous étaient âgés de 20 à 30 ans.

PARTIR AVANT L’ARRIVEE DES BULLDOZERS

Alors que se déroulait le deuxième raid aérien, des soldats ont pris position dans plusieurs bâtiments du quartier de Tel al Sultan, à proximité de la frontière égyptienne, et ont encerclé un immeuble dans lequel ils ont entamé des recherches, a-t-on appris de sources proches des services de sécurité palestiniens.

Lundi, les forces israéliennes avaient bouclé les accès du camp en prévision d’une probable incursion de grande envergure pour laquelle les résistants ont préparé bombes et embuscades.

Malgré l’inquiétude exprimée par la communauté internationale au sujet des destructions d’habitations lors des précédentes incursions, les autorités israéliennes ont menacé de poursuivre les démolitions.

Plusieurs centaines de Palestiniens ont quitté les lieux avant l’arrivée des bulldozers.

PÉTITION

Non au terrorisme de l’État d’Israël contre le peuple palestinien

Signez et faites signer la pétition à l’adresse :

http://www.PetitionOnline.com/nbvcx/


Retour en haut Plan du site  |   Nous contacter   |   RSS   |   Retrouvez nous sur Facebook   |   ©ATMF 2003-2021