Bulletin N°2 décembre 2009

mercredi 2 juin 2010

Au delà des clichés touristiques relayés par certains médias complaisants, pour peu que l’on soit attaché à un idéal démocratique sans exclusive et que l’on considère le respect des droits de l’Homme comme un principe intangible ne souffrant aucune inflexion, l’image qu’on doit de retenir de l’Algérie, du Maroc, de la Tunisie, est celle de pays autoritaires, incapables de mener à leur terme les transitions démocratiques initiées vers la fin des années 1980.

Il suffit, pour s’en convaincre, de noter qu’ont été mises en place, dans les trois pays, des démocraties formelles sans droits réels. Les quelques avancées en matière de droits de l’Homme, fruit des luttes et des sacrifices de citoyens engagés, sont régulièrement bafouées par les appareils policiers et judiciaires. Et, régulièrement aussi, la presse est harcelée, voire muselée, les journalistes intimidés, arrêtés, souvent condamnés pour leurs écrits, comme ce fut le cas ces derniers mois au Maroc et en Tunisie. L’opposition n’a que des moyens de façade. Les élections sont manipulées par des appareils politiques et/ou de sécurité qui ont la haute main sur les destinées économiques et politiques du pays, empêchant toute alternance aux pouvoirs en place.

Ainsi, en avril 2009, les élections présidentielles en Algérie ont « permis » à Bouteflika de briguer un autre mandat après qu’il eut modifié la constitution pour ce faire. Il est vrai qu’il n’en est qu’à son troisième mandat, alors que le président tunisien Ben Ali en est…à son cinquième après les élections présidentielles et législatives « triomphales » d’octobre dernier. Au Maroc, où la personne du roi est « sacrée » (même un sondage qui lui était favorable a été interdit…), le Makhzen peut encore agir à sa guise et permettre à un parti politique naissant, conduit par un proche du roi, de sortir vainqueur des élections municipales de juin dernier.

Mais, le Maghreb présente aussi un autre visage. Celui de femmes et d’hommes qui résistent aux oppressions, qui luttent pour leurs droits dans des conditions très difficiles, dans des environnements parfois indifférents et même hostiles. C’est ce Maghreb là que depuis plus de deux ans notre Collectif tente de populariser et d’en relayer les actions. Nous avons organisé deux colloques, en juin 2008 et juin 2009, sur la situation des droits de l’Homme au Maghreb et un autre, sur la liberté de la presse, est prévu en juin 2010.

Autre contribution du Collectif, la publication d’un bulletin, qui se veut résolument maghrébin, et dans sa philosophie et dans sa démarche. Un dossier thématique occupera désormais les pages centrales. Pour ce deuxième numéro, nous abordons la question, ô combien essentielle pour les défenseurs des droits de l’Homme, celle de la vérité et de la justice que réclament les familles des disparu(e)s en Algérie et au Maroc…


Retour en haut Plan du site  |   Nous contacter   |   RSS   |   Retrouvez nous sur Facebook   |   ©ATMF 2003-2021