Après les harcèlements d’Oran et d’Alger, des familles de disparu(e)s

samedi 24 septembre 2005

SOS disparus : Communiqué de presse

C’est avec une profonde inquiétude et une immense colère que le collectif des familles de disparus en Algérie (CFDA) et SOS disparu(e)s ont appris que des familles de disparu(e)s constantinoises ont été sauvagement tabassées et embarquées par la police ce jeudi 22 septembre.

Aujourd’hui, à Constantine, le président Bouteflika tenait meeting dans le stade Ramdane Ben Abdelmalek concernant le projet de Charte sur la paix et la réconciliation nationale qui sera voté par référendum le 29 septembre prochain. Les familles de disparu(e)s qui habituellement se réunissent tous les jeudis devant le cabinet de la wilaya, situé à 200 mètres du stade, ont décidé de s’y rendre et de demander audience au Président pour s’entretenir de la situation de leurs proches disparus.

Les familles se sont alors retrouvées face aux agents des forces de l’ordre, en uniformes et en civils, qui les ont violemment réprimées, en présence de témoins et de journalistes. Elles ont été tabassées - en se prenant des dizaines de coups de pied et de coups de poing - et insultées. Parmi elles, Monsieur Bellatrèche, président des familles, ainsi que Madame Saker et cinq autres mères de disparus ont été embarquées par la police et emmenées au commissariat central afin d’être auditionnées. A l’heure actuelle, elles se trouvent toujours détenues à l’intérieur du commissariat, sans aucun fondement. Ces femmes âgées de 60 à 75 ans ont l’habitude de se réunir pacifiquement pour demander vérité et justice pour les disparu(e)s : c’est une véritable honte qu’elles aient été traitées de cette manière. C’est une atteinte grave et inexcusable à leur droit de s’exprimer librement

Après l’arrestation de Monsieur Arab et les harcèlements subis par le bureau d’Alger, après la perquisition sans mandat effectuée au bureau d’Oran et les menaces proférées à l’égard de sa secrétaire, Fatima Nekrouf, ce sont désormais les familles de disparu(e)s de Constantine qui sont inquiétées, harcelées et arrêtées.

Le CFDA et SOS disparu(e)s demandent la libération immédiate des familles de Constantine et exigent que cessent immédiatement les pratiques d’intimidations et les pressions exercées envers les familles.

Les familles de disparu(e)s continueront à mener leur combat pour la Vérité et la Justice jusqu’au bout, que ce soit à Alger, Oran , Constantine ou partout ailleurs dans le pays.

Alger, le 22 septembre 2005

Pour le Collectif : Nassera Dutour, porte parole

Pour SOS Disparus : Fatima Yous, Présidente.

Contact presse : SOS Disparu(e) -Tel/Fax : 021 71 97 39 - 078 38 71 89


Retour en haut Plan du site  |   Nous contacter   |   RSS   |   Retrouvez nous sur Facebook   |   ©ATMF 2003-2021