AFVIC : Appel à la mobilisation

lundi 10 octobre 2005

L’ensemble des équipes de l’Afvic mobilisés sur l’axe NADOR ERRACHIDIA, pour le soutien des migrants suite aux événements dramatique de Mellilia et Ceuta, se sont rendus le samedi 08 octobre 2005 au village de Ain CHOUATER, dans la province de BOUARFA, pour venir en aide aux migrants abondonés par les autorités au niveau des frontières marocoalgériennes.

Les témoignages recueillis sur place font état d’un drame humanitaire ; plus de 2000 migrants ont été abondonés à leurs sorts dans une zone désertique. Un projecteur installé sur une antenne de liaison de ligne GSM leur a permis de rejoindre le village de Ain Chouater. Des témoignages confirment que plus d’un millier sont toujours perdus dans le désert. Les équipes d’Afvic ont repéré et porté assistance, sur l’Axe Oujda Bouarfa, à une dizaine de groupe de migrants composés de 3 à 20 personnes.

Suite à la pression ONG/Presse le gouverneur de la ville de Bouaarfa, accompagné du Directeur de la migration au sein du ministère de l’intérieur (Responsable direct de cette tragédie), se sont rendu sur place. Il a été convenu de reconduire l’ensemble des migrants à la ville de OUJDA.

Les migrants ont été mis dans des bus. Sur la route, les agents d’autorité leurs ont mis des menottes. Les migrants nous ont confirmés que tout ceux qui ont réclamé leurs droit basic (Eau, ou Connaître destination...) ont été agressé.

A notre grande surprise, et contrairement à notre accord avec le gouverneur et le Directeur de la migration, l’équipe de l’Afvic chargée de suivre les bus confirme qu’ après avoir déposé les migrants à OUJDA, Vingt huit autres bus ont pris la destination du sud. A ce moment où nous rédigeons ce communiqué les bus ont quitté la ville de GELMIM, au sud du Maroc, ils ne sont pas encore arrivé à la ville de laayoune. Nous ignorons la destination et le ministère de l’intérieur refuse de donner des explications. Les conditions de transport sont lamentables.

Vu le rythme d’évolution des événements et la souffrance des migrants qui s’accentue du jour au jour , nous lançons un appel à la mobilisation au Maroc et à l’étranger. Les communiqués, et les pétitions doivent être appuyés par des actes concret sur le terrain. Nous sollicitons les Ongs, ayant les moyens de le faire, d’envoyer leurs militants à ces zones de non droits pour qu’ils puissent nous soutenir à mettre fin à la souffrance de ces jeunes migrants.

AFVIC


Retour en haut Plan du site  |   Nous contacter   |   RSS   |   Retrouvez nous sur Facebook   |   ©ATMF 2003-2021