Nouvelle réforme du CESEDA : Nouvelles restrictions des droits de migrants

vendredi 2 avril 2010

Le débat sur l’identité nationale marqué par les dérapages racistes, a presque fait oublier les chiffres « élogieux » des expulsions du ministre de l’immigration et de l’identité nationale. Le voilà donc lancé dans une nouvelle réforme du code d’entrée et de séjour des étrangers et du droit d’asile. La cinquième en six ans !

Besson s’inscrit dans la lignée de ses prédécesseurs Sarkozy et Hortefeux et s’obstine à amoindrir encore plus les droits des migrants.

Un des points emblématique de cette réforme est l’interdiction du territoire européen pendant 3 ans aux personnes reconduites aux frontières. Ces dernières auront à passer 45 jours en centre de rétention au lieu de 32 actuellement.

Les personnes retenues ne verront intervenir le juge des libertés et de la détention qu’après cinq jours de détention au lieu des 48 heures actuelles, si bien évidemment elles n’ont pas été refoulées entretemps.

Les zones d’attente qui se trouvaient essentiellement aux aéroports et aux ports, s’étendent désormais à tout le territoire, élargissant ces espaces connus par le traitement expéditif des cas d’immigrés et de demandeurs d’asile.

Une conception de l’immigration jetable qui stigmatise des hommes et des femmes coupables d’être sans papiers. Elle s’enracine d’avantage dans la vision utilitariste, par l’instauration de la carte bleue européenne, pour le salarié qui perçoit un revenu supérieur à 1,5 du salaire moyen.

L’Association des Travailleurs Maghrébins de France dénonce cette nouvelle réforme du CESEDA.

Elle appelle les parlementaires à rejeter ce projet de loi visant à criminaliser des personnes n’ayant commis aucun délit et à restreindre leurs droits.

Paris le 2 avril 2010

Pour l’ATMF, Le président Driss Elkherchi


Retour en haut Plan du site  |   Nous contacter   |   RSS   |   Retrouvez nous sur Facebook   |   ©ATMF 2003-2019