L’Europe forteresse garde ses frontières au prix d’assassinats, de blessures et de déportation de migrants africains

dimanche 9 octobre 2005

En dix jours, quatorze migrants africains ont trouvé la mort par balles en tentant de franchir les murailles de l’Europe forteresse dressées autour des enclaves de Ceuta et Melilla.

Les quelques rares migrants qui ont réussi à passer de l’autre côté ont été expulsés vers le Maroc. Des centaines de migrants ont été déportés par les autorités marocaines dans le désert à la frontière avec l’Algérie et ont été abandonnés. Des images surréalistes de migrants errant dans le désert, sans eau ni vivres, livrés à eux même au grand mépris de toutes les conventions internationales de protection des migrants, du droit d’asile, contre la torture ou simplement de respect des droits humains.

L’Association des Travailleurs Maghrébins de France qui réitère son soutien inconditionnel et sa solidarité avec les migrants africains dénonce avec la plus grande fermeté le cynisme des dirigeants européens qui ne cessent de faire des promesses sans lendemain d’un « pacte eurafricain pour le développement », et qui en même temps financent la répression de centaines de migrants en exigeant du Maroc « un engagement fort et clair à lutter contre l’immigration clandestine » en échange de 40 millions d’euros de subventions.

Nous dénonçons la politique du gouvernement Zapaterro qui dit vouloir « combler le fossé de prospérité le plus profond du monde entre deux états voisins », alors qu’il construit des murs de plus en plus haut avec un coût qui s’élève à 26 millions d’euros supplémentaires.

Nous sommes scandalisés par la disproportion entre la défense des postes de frontières, et ses conséquences démesurées, qui se traduisent par l’assassinat de quatorze migrants et la blessure de centaines d’autres.

De même, nous nous élevons contre la mise en danger de centaines de migrants africains par leur déportation dans le désert, acte que nous estimons plus grave que la non assistance à personne en danger.

Nous exigeons l’arrêt immédiat de toutes les expulsions de l’Espagne comme du Maroc, l’instauration de laide d’urgence aux sinistrés, la régularisation de tous, ainsi que l’application des conventions internationales relatives aux droit d’asile, à la protection des migrants et contre la torture.

Enfin, nous demandons qu’une enquête internationale soit diligentée dans les plus brefs délais et que les responsables soient traduits devant la justice

Par ailleurs, nous vous appelons à vous mobiliser en nombre pour le rassemblement qui aura lieu :

vendredi 14 octobre à 17h devant l’ambassade du Maroc à Paris 5, rue Le Tass, 75016 Paris. Métro Trocadéro

Contact : ATMF Ali El Baz, tel/fax 01 42 52 60 61


Retour en haut Plan du site  |   Nous contacter   |   RSS   |   Retrouvez nous sur Facebook   |   ©ATMF 2003-2019