Anciens combattants : Lettre ouverte à Jacques Chirac Président de la République française

mardi 12 septembre 2006

Objet : Pensions d’anciens combattants et décristallisation

Monsieur le Président,

Nous avons l’honneur de vous saisir en tant qu’Association de Travailleurs Maghrébins sur le dossier des anciens combattants issus des anciennes colonies.

En effet, nous suivons depuis deux ans 465 dossiers de marocains qui se plaignent d’une discrimination indigne de la République et qui dure depuis 50 ans.

Cette discrimination qui touche ces anciens combattants repose sur deux éléments : la résidence et la parité du pouvoir d’achat.

Sur la résidence : même quand l’étranger, après avoir liquidé sa retraite dans son pays d’origine, réside en France, on lui applique les indemnités de son pays d’origine alors qu’à l’inverse un français n’est pas tenu de résider en France pour toucher sa pension à taux plein .

Sur la parité du pouvoir d’achat : au-delà des de la modicité des pensions, vous constaterez que pour les trois pays du Maghreb ( Tunisie, Algérie, Maroc) qui jouissent de niveaux de vie des plus élevés en Afrique, n’ont eu que des augmentations insignifiantes. Les pensions d’anciens combattants de ces 3 pays sont faibles et leur revalorisation est en contradiction totale avec le critère de la parité du pouvoir d’achat.

Vous avez reconnu dans votre allocution télévisée du 14 juillet que c’était une injustice et que votre intention était de poursuivre le mouvement de décristallisation pour permettre de rendre à ces combattants l’hommage qui leur est légitime.

Or, vous n’êtes pas sans savoir que, après avoir été saisi par trois associations (GISTI, CATRED, ATMF), dont la nôtre, le Conseil d’Etat a décidé, le 18 juillet 2006, de valider cette discrimination qui touche les anciens combattants.

Ce faisant, le Conseil d’Etat a rendu un arrêt en contradiction avec l’arrêt DIOP du 3 novembre 2001, qui a été le moteur de la décristallisation partielle de 2002.

Monsieur le Président de la République, vous vous honorerez à mettre fin à cette discrimination avant le décès de ces anciens combattants. Vous n’êtes pas sans savoir que le film « INDIGENES », primé à Cannes, va bientôt sortir sur nos écrans ; ce qui ne manquera pas de susciter un élan de sympathie et de reconnaissance envers ces combattants de la liberté, nos libérateurs.

Cela ne nécessitera pas énormément de fonds, mais confirmera en revanche cette valeur cardinale de la République qu’est l’Egalité.

Veuillez agréer, Monsieur, le Président, l’expression de notre haute considération.

La Présidente Fouzia Maqsoud


Retour en haut Plan du site  |   Nous contacter   |   RSS   |   Retrouvez nous sur Facebook   |   ©ATMF 2003-2020